Historique

Un historique de l’association

Cet historique de l’association a été initialement réalisé en juin 2003 à l’occasion du 40e anniversaire de l’association. Il ne prétend pas à l’exhaustivité mais donne un certain nombre de repères, forcément subjectifs. NB. Cette page sera améliorée et illustrée…

1963-1974 : Conception, naissance

Quelques dates clés 63-74

1962-63 première saison d’une association, prenant un peu modèle sur les Ateliers des 3 soleils de Lyon, à l’initiative de Marcelline et Norbert Studer et d’un groupe de parents, soucieux de procurer à leurs enfants un lieu, des outils et des moyens humains favorables à leur expression personnelle.

17 mai 1963 création (journal officiel) de l’Association dite “ateliers culturels et éducatifs”,
siège social 2 rue Dormoy à Saint-Etienne, 6e étage (ancien atelier de tissage).
Sont déjà là, Micheline Eschenbrenner (“monitrice “ de poterie, Claudine Quéau (“élève monitrice), Perlette Potton (sans doute la plus anicenne adhérente, puisque toujours présente et active en tant que vice-présidente en 2003).

1968 déménagement au 24 rue de la résistance 4e étage (ancien atelier de tissage).

1970 Suzanne Porcherot directrice, soutien du CIPL pour embauche de Françoise Garby, pendant un an

Topo 63-74

Ateliers enfants dessin, peinture, modelage, poterie, vannerie, expression corporelle, vite ouvertes aux adolescents et adultes.
Appui de Jean Dasté et son équipe (Philippe Dauchez, Proposer Diss…), par des professeurs et élèves des Beaux arts (T. Benoit, JF Marze, A et AM Barrieu, M. Blot, D. Ducreux,), qui animent des activités. Collaboration avec les Centres Sociaux naissants dans la Loire (la Vivaraize, Beaulieu, Firminy vert), la Maison de la Culture de Firminy, l‘école d’éducateurs spécialisés (Loire Promotion). Apport très riche des rencontres avec Willy Bakeroot (expression musicale et orale) et Lucien Lesteven (psychosociologie, non directivité, Rogers…).
Début de la formation d’élèves moniteurs d’ateliers, formation des bénévoles et salariés. Soutien fort et immédiat de la CAF et de la Direction départementale Jeunesse et Sports (agrément éducation populaire). Partenariat avec le CIPL
Les années post-68 voient le développement de l’activité poterie, avec dès 1971, les premiers stages de Micheline Eschenbrenner dans son atelier de Saint-Genest-Malifaux, l’apparition du tissage, qui sera la folie des années suivantes

1975-1983 : les incertitudes d’une adolescence babacool

Quelques dates clés 75-83

1974-77 : intermède de 3 ans au 10 rue mi carême 3e étage (ancien atelier tissage).

1975 La famille Porcherot achète la Moulin Combaro, à Colombier sous Pilat

Juin 1977 : installation au 3e étage de l’ancienne fabrique de ruban Giry-Lyonnet, 16 rue Raisin

1978 rencontre avec Claude Grasset et début d’un partenariat long, fructueux et fidèle avec la Maison du Crêt de Roch. Organisation des premières fêtes de quartier.

1979 Agrément de l’association comme organisme de formation.

1980 participation au 1er Mois de l’expression organisé par le SMAC (Ville St Etienne)

1981 premières mesures pour l’emploi permettent l’embauche d’un 2e salarié à mi temps, (Nicolle Chovet). Location d’un deuxième local au rez de chaussée de l’immeuble, permettant l’extension ou la transsversalité de certaines activités et la création de nouvelles (soie, création de vêtements)

Topo 75-83

Cette période se caractérise par la vogue du tissage, les teintures végétales, les gilets tissés en laine brute. C’est aussi, grâce à la forte implication et au travail de 3 bénévolesenseignants du Collège Jules Vallès (Annie Verdun, Jean Porcherot, Robert Chouvier) le début des stages à Colombier, le travail théâtre et cinéma avec les adolescents. les stages de formation sont bien remplis, et pourtant l’association connaît à cette époque des difficultés liées au développement des activités, à l’accroissement du nombre d’adhérents dans des locaux devenus trop étroits aux manques de subventions et de personnel Les locaux sont très vétustes, mal chauffés, les sanitaires quasi inexistants, on fait dans la même pièce, le tissage, le théâtre, le dessin et la peinture, pourtant certains adhérents gardent un souvenir ému du charme particulier des locaux à cette époque, malgré leur inconfort et leur manque de fonctionnalité. Même remarque pour le confort des stages à Saint-Genest et au Moulin : les folles nuits dans la grange, animées par Luc, Roland et les autres, les “feuillets “ creusés au fond du jardin et la vaisselle dans la rivière au Moulin…

1983-1988 : une jeunesse fructueuse

Quelques dates clés 83-88

1983 les Ateliers Educatifs deviennent les Ateliers de la Rue Raisin
Début de l’atelier et des actions conte. La mode du tissage s’éteint peu à peu

1984 Mise en place par Jeunesse et Sports des contrats jeunes volontaires. les Ateliers encadrent une partie de leur formation.
Début des stages aquarelle à St Genest-Malifaux

1985 à l’invitation de Jean Gidrol, adjoint aux Associations, une grande exposition est présentée par les Ateliers en novembre dans le hall de l’Hôtel de Ville. Cette manifestation marque le commencement d’une vraie reconnaissance par la Ville du travail de l’Association.

1986 le conte, outil d’insertion AEPS MJC Tilleuls, premiers stages enfants vacances scolaires.

1987 Prémices travail sur le volume papier
Animation Carnaval avec les MJC du département (défilés, fabrications grosse têtes…)

Topo 83-88

Le renouveau du conte oral, mouvement général, passionne Jean, qui va développer cet art pour lui- même, et le faire découvrir et aimer à beaucoup d’autres (rencontre et début du travail d’animation avec Monique et Hélène). Accentuation du travail partenarial avec la Ville, des associations et fédérations, les bibliothèques, le CRILJ. L’association se développe et s’enrichit beaucoup du travail avec les jeunes résultant des mesures pour l’emploi et la formation des jeunes.

depuis 1988 : l’âge de raisin, une maturité prometteuse et ouverte sur l’avenir

1988 Grandes festivités en mai pour 25e anniversaire des Ateliers. à cette occasion, Jean Gidrol, annonce officiellement l’achat du bâtiment de la Rue Raisin par la Ville : “pour votre anniversaire, nous vous offrons cette maison…”
Rencontre avec Evelyne Girardon (premiers stages chant)
Collectif, écoute et Conte (stages, réflexion, animations, partenariat)

1989 Rachat du bâtiment par la Ville, mise à disposition de l’ensemble de l’immeuble (moins un local sur jardin, attribué au Photo Club de la Loire), début des travaux de rénovation et aménagement de tout le bâtiment.
Colloque sur l’oralité à Paris, rencontre avec Nadine Decourt et le festival du Conte en Isère (devenu les Arts du récit)

1990 Création de l’Association Ecoute et Conte (partenariat fort avec la MJC des Tilleuls)
1er festival du Conte dans la Loire en avril-mai
Début collaboration avec le SUFC (BEATEP 2)
Jean Porcherot, jusque là bénévole, devient conteur salarié à plein temps

1991 2e festival du Conte, production et présentation du spectacle Le Loup, et naissance de la Compagnie de la Rue raisin

1992-93 3e festival du Conte et saison du conte
Fin des travaux rue Raisin, plantation d’une vigne dans le jardin, par Madame Fontanilles, adjointe à la culture
Edition du recueil Grappes de contes

1994 Parution du recueil Grappes de Contes à l’occasion du 30e anniversaire, fêté avec un an de retard
1e nuit du Conte au Planétarium

1996 Adhésion à la commission Patrimoine et Lien Social créée par la Maison du Crêt de Roch)
Premier stage conte et chant à Colombier, animé par Evelyne et Jean
Début du projet Hélios (animation avec une dizaine de Centres Sociaux et Maisons de quartier)

1997 Projet Hélios
Accueil de 50 écossais de l’île Lewis, partenariat avec la Maison du Crêt de Roch et d’autres associations du secteur à l’occasion du Mondial,
5e nuit du Conte sur le thème Maroc/Ecosse à l’Esplanade

1999 Début de la Petite Chronique des Ateliers, journal interne

2000 Conception graphique, et mise en page de Une colline dans la ville
5 chapiteaux conte à la Fête du livre, édition du recueil Contes et rencontres
Signature officielle de la Convention de mise à disposition des locaux par la Ville (12 ans après l’annonce de rachat des locaux par la Ville !)
Lancement de Crêt des Arts

2001 Contrat de Ville et GPV. Lancement du Pôle communication quartier et du Journal La Colline du Crêt de Roch
co-organisation du colloque sur l’oralité à Lyon

2005 Dernier numéro de la colline du Crêt de Roch. Interrogation sur l’avenir de la formation…

2007 Suzanne Porcherot (dite “Zouzou”) direcrice de l’association depuis 1970 passe le relais à Virginie Olivier mais reste animatrice de ses ateliers.

à suivre…